Consommer Locale

Vers la validation d’une stratégie nationale de la promotion de la consommation locale

La table d'honneur. On reconnaît M. Mensah (au milieu)
Vers la validation d’une stratégie nationale de la promotion de la consommation locale

Des acteurs nationaux comprenant les responsables des structures d’encadrement, les représentants des ministères, les transformateurs des produits locaux venus de toutes les régions sont conviés à un atelier de deux jours, à Lomé, organisé par le ministère du Commerce, de l’Artisanat et de la Consommation locale. Ils sont appelés à examiner et valider le document de stratégie de promotion de la consommation locale relative au programme de résilience du système alimentaire en Afrique de l’Ouest, en anglais West Africa Food System Résilience Program (FSRP).

La stratégie de promotion de la consommation locale en cours de validation, depuis le 10 juillet 2024, à Lomé, s’articule autour de trois axes : le renforcement de la visibilité et de celui de la gouvernance, ainsi que l’amélioration de la productivité. Il est assorti d’un plan de planification des activités à exécuter pour rendre effective la consommation des produits locaux. Le chronogramme de cet atelier de validation comporte la présentation de la synthèse du document, les travaux de groupes et les discussions en plénière.

En effet, depuis les années 80, le gouvernement togolais accorde une place de choix à la consommation des biens et services locaux. Un choix que le chef de l’Etat, Faure Essozimna Gnassingbé, s’attèle à davantage matérialiser, à travers des actions et initiatives qui promeuvent la consommation des produits locaux. Entre autres actions phares, on retient l’organisation des manifestations commerciales foraines, la participation des opérateurs économiques togolais à des expositions-ventes de produits locaux à l’étranger, l’organisation, chaque année depuis quatre éditions, du « Mois du consommer local », pour la promotion des produits « Made in Togo ». La création d’une Direction de la consommation locale chargée, entre autres, de contribuer à la visibilité et à l’accessibilité des produits et services locaux de qualité, vient couronner la volonté du gouvernement d’affirmer le choix de ses priorités de développement socioéconomique.

La consommation locale au cœur du développement économique

« Par rapport au diagnostic, le ministère du Commerce a jugé important d’élaborer cette stratégie qui s’articule autour de trois axes, pour encourager la consommation des produits locaux, améliorer leur qualité, renforcer la capacité des producteurs pour que nos produits soient compétitifs à la fois sur le marché national et international », a fait noter la directrice de la Consommation locale, Mme Ameyo Adovon, épse Dotchè-Togbé.

Officiels et participants en photo souvenir.

Au nom du ministre du Commerce, de l’Artisanat et de la Consommation locale, le directeur de cabinet, M. Vigno Koffi Mensah, a souligné que le document qui sera adopté, « constitue un outil fondamental qui place la promotion de la consommation locale au cœur du développement économique du Togo ». Il a fait observer que la consommation locale est une source de création d’emplois et de richesse, surtout pour les jeunes et les femmes. Mais aussi, qu’elle permet de renforcer la résilience du système alimentaire et de production, pour mieux faire face aux diverses crises, qu’elles soient sanitaires, économiques ou géopolitiques.  

Malgré les nombreuses initiatives pour booster la consommation des biens et services locaux, M. Mensah relève qu’elle reste mitigée, en ce sens que la population est plus tournée vers la consommation des produits importés. « L’adoption d’une stratégie de la promotion de la consommation locale et la mise en œuvre de son plan d’actions permettront, j’en suis sûr, de mettre en exergue et de valoriser les potentialités intersectorielles de notre pays, ainsi que le label made in Togo », s’est-il rassuré.

Quatre-vingt acteurs multisectoriels prennent part à cet atelier de deux jours, qui s’inscrit dans le cadre du programme de résilience du système alimentaire en Afrique de l’Ouest (FSRP), mis en œuvre avec l’appui financier de la Banque Mondiale.

Martial Kokou KATAKA

Consommer Locale

A lire dans Consommer Locale

Facebook