EXTREMISME - VIOLENT

Du matériel roulant et numérique de Plan Togo et de l’UE au CIPLEV

Le représentant de l'UE remet une tablette au ministre Madjoulba
Du matériel roulant et numérique de Plan Togo et de l’UE au CIPLEV

Plan International a mis, le 10 juillet 2024, à Lomé, à la disposition du Comité Interministériel de Prévention et de Lutte contre l’Extrémisme Violent (CIPLEV) un lot d’équipements visant à renforcer les activités de ses agents de terrain. Cet appui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de son projet d’urgence dénommé « Renforcement de la prévention de l’extrémisme violent, de la cohésion et de la résilience des populations dans la Région des Savanes », financé par l’UE.

Le ministre Madjoulba reçoit des mains de Mme Ba, un casque et la clé d’une moto

Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Col. Calixte Madjoulba, a réceptionné, 10 juillet 2024, à son cabinet, à Lomé, un lot de matériels pour le compte du Comité Interministériel de Prévention et de Lutte contre l’Extrémisme Violent (CIPLEV). Composés de cent vingt (120) tablettes, ainsi que cent vingt-sept (127) motos et leurs accessoires, le total évalué à cent vingt et un million neuf cent vingt mille sept-cent dix-sept (121 920 717) FCFA, ces équipements viennent appuyer et rendre efficientes, les interventions des agents de terrain dudit comité. Ceci, dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Renforcement de la prévention de l’extrémisme violent, de la cohésion sociale et de la résilience des populations dans la Région des Savanes ou Savanes Tanalafiè » (expression tirée du Tchokossi et qui veut dire vivre ensemble dans la paix et la cohésion sociale). Un projet initié par Plan Togo et financé par l’Union Européenne.

A la cérémonie de remise, le ministre Calixte Madjoulba a fait ressortir que le climat d’insécurité que vivent les populations du Nord Togo met à mal tous les efforts de développement. Pour y faire face, le gouvernement s’est inscrit dans une approche innovante, alliant à la fois la consolidation et le renforcement du dispositif sécuritaire. « C’est ainsi qu’il a été mis en place, du point de vue sécuritaire, entre autres, l’opération Koundjoaré, depuis septembre 2018. A cela s’ajoutent la réorganisation et le renforcement du maillage du pays par les unités territoriales et d’intervention de la police et de la gendarmerie… Dans la même veine, le CIPLEV, qui est un mécanisme visant à renforcer la collaboration entre la population, les autorités locales et les forces de défense et de sécurité, a été créé en mai 2019 », a-t-il, précisé.                                                                     

Matériel roulant mis à la disposition du CIPLEV.

Il a réitéré la gratitude du gouvernement à tous les partenaires et s’est félicité de leur appui déterminant qui permettra de couvrir plus de zones, de disposer des informations en temps réel et de les remonter en toute sécurité.

Pour sa part, la représentante résidente de Plan International au Togo, Mme Awa Faly Ba, a fait savoir que son ONG, soutenue par l’Union Européenne, renforce par cet appui l’efficacité des démembrements du CIPLEV sur le terrain, notamment dans la Région des Savanes, en leur assurant une mobilité accrue. Il s’agit également d’aider à la collecte et au partage des informations en temps réel, avec la mise à disposition des tablettes. « Cette action s’intègre dans le cadre d’un projet plus grand dénommé Tanalafiè, qui va toucher plusieurs aspects liés aux questions de paix et de cohésion sociale, à savoir les opportunités économiques pour les jeunes, le renforcement de la cohésion, à travers les débats et les activités communautaires, ainsi que le renforcement institutionnel », a-t-elle relevé.

Dans le même contexte, le représentant de l’UE, M. Frédéric Varenne, a indiqué que le vivre ensemble est un défi permanent pour tous les peuples du monde confrontés à des difficultés de toutes natures. « Vivre ensemble implique, sans exception, de prendre le temps de s’asseoir, de parler et surtout d’écouter les autres, afin de comprendre les problèmes de chacun et de trouver des solutions communes. Il est donc pertinent que le projet envisage de soutenir les différents mécanismes de médiation et espaces de dialogue, qui permettront de trouver des solutions aux conflits, aux tensions économiques et sociales qui menacent les équilibres de la région », a-t-il déclaré.

Yankolina M. TINGAENA

EXTREMISME - VIOLENT

A lire dans EXTREMISME - VIOLENT

Facebook