Formation Professionnelle

Le META scelle un partenariat avec l’AGET et l’APSFD

Le ministre Kokou Eké Hodin (milieu) entouré M. Kokou Gabiam (à droite) et du Dr Komlan Kadagali (à gauche)
Le META scelle un partenariat avec l’AGET et l’APSFD

Le ministère délégué chargé de l’Enseignement technique et de l’Artisanat (META), a signé, jeudi 6 juillet 2023, à Lomé, deux conventions de partenariat. L’une avec l’Association Professionnelle des Systèmes Financiers Décentralisés (APSFD) et l’autre avec l’Association des Grandes Entreprises du Togo (AGET). A travers ces accords, les parties signataires comptent, d’une part, faciliter le placement en stage aux apprenants de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle dans certaines entreprises togolaises et, d’autre part, leur assurer une formation professionnelle de qualité répondant aux normes du marché de l’emploi.

Le ministère délégué, en charge de l’Enseignement Technique et de l’Artisanat (META) a noué, le 9 juillet 2023, des accords de partenariat avec deux organisations socioprofessionnelles. Il s’agit de l’Association Professionnelle des Systèmes Financiers Décentralisés (APSFD) et celle des Grandes Entreprises du Togo (AGET). Cette cérémonie s’inscrit dans le cadre du « projet de placement en stage de tous les apprenants et de la formation par alternance ». Cet acte vise à renforcer la collaboration, en vue d’améliorer la qualité de l’enseignement et de la formation au Togo. Il s’agit aussi de faciliter la première insertion des apprenants du META dans la vie active et de créer un environnement propice à l’auto-emploi et aux activités génératrices de revenus.

Au travers de cette convention, le ministère s’engage à garantir la coordination des activités de placement des apprenants de l’ETFP en stage et de la formation en alternance, à faire le suivi de l’exécution des contrats de placement en stage par les établissements et centres de formations. Il consent également à veiller à la souscription à une police d’assurance en faveur des bénéficiaires de stage. Il s’agit également de faciliter la mise à disposition des compétences au bénéfice des structures d’accueil et d’offrir des appuis techniques, pédagogiques et des conseils à la faîtière et ses filiales. Quant à l’APSFD et l’AGET, elles auront principalement à sensibiliser les entreprises à adhérer au projet, à mettre à la disposition du ministère, le répertoire de leurs entreprises, et à inciter les sociétés membres à offrir aux stagiaires une formation qualifiante. Elles ont aussi l’obligation de faciliter la collaboration entre les entreprises et les établissements de formation.

A l’occasion, le ministre Kokou Eké Hodin a indiqué que le sous-secteur de l’enseignement technique et de la formation professionnelle est au cœur des réformes et de l’agenda du gouvernement. Selon lui, c’est un levier pour la croissance de l’économie nationale et le renforcement de la cohésion sociale. « Le rythme de l’évolution technologique nous impose la nécessité de repenser nos approches pédagogiques, en vue de mettre en phase les sortants du système de l’enseignement technique et de la formation professionnelle avec l’évolution du marché du travail. Pour y parvenir, un dialogue permanent et sincère s’impose entre les différents acteurs de notre système de formation, notamment avec le secteur privé, dont la contribution représente une part assez importante », a-t-il relevé. Il a précisé, à cet effet, que la formation des apprenants au sein des établissements et centres doit être complétée par une formation pratique dans les entreprises et ateliers. « Le suivi du placement en stage des apprenants réalisé en août dernier a révélé un taux de 48%. Ce score indique qu’il reste du chemin à faire pour atteindre les résultats escomptés, au regard des défis actuels. Ces accords aideront à enclencher, sans doute, une nouvelle dynamique dans ce processus. Nous sommes persuadés que votre forte implication, à partir de cette année, permettra d’atteindre un taux de 100% à l’horizon 2025 », a laissé entendre le ministre.

Le président de l’APSFD, M. Kokou Gabiam et le représentant de l’AGET, Dr Komlan Kadagali, ont salué cette collaboration qui vise à créer un cadre de formation professionnelle et mieux contribuer à la création de richesses. Ils ont réaffirmé leur entière engagement et disponibilité à soutenir la vision du chef de l’Etat pour la jeunesse et œuvrer pour l’atteinte des objectifs assignés à ce programme d’insertion des jeunes sur le marché du travail.

Clémentine PANASSA

 

 

Formation Professionnelle

A lire dans Formation Professionnelle

Facebook