Investissement Infrastructures

L’assemblée générale d’Africa 50 et le Forum Infra for Africa s’ouvrent à Lomé

L’assemblée générale d’Africa 50 et le Forum Infra for Africa se tiendront à l'hôtel 2 Février
L’assemblée générale d’Africa 50 et le Forum Infra for Africa s’ouvrent à Lomé

Lomé accueille, les 3 et 4 Juillet 2023, le Forum Infra for Africa et l’Assemblée Générale des Actionnaires d’Africa 50. Ce rendez-vous de haut niveau mobilisera la crème des crèmes des personnalités que compte le continent. La capitale togolaise prouve ainsi, une fois de plus, son attractivité et sa capacité à accueillir les grands événements internationaux.

le président Faure Essozimna Gnassingbé va présider les travaux

L’Assemblée générale des actionnaires d’Africa 50 est la grande réunion annuelle des membres du Conseil d’administration, des actionnaires et du personnel de direction, qui définit les priorités pour l’année à venir. Africa 50 accueillera, également cette année, le premier Forum Infra pour l’Afrique, réunissant des leaders d’opinion des secteurs public et privé pour partager leur expertise sur l’investissement dans les infrastructures, en vue de développer l’Afrique.

De nombreux intervenants sont annoncés parmi lesquels le président Faure Essozimna Gnassingbé, le ministre de l’Economie et des Finances, Sani Yaya, le président de la Banque Africaine de Développement, Adesina Akinwumi, la directrice générale de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) Okonjo-Iweala Ngozi, le président exécutif de Freedom Acquisition 1 Corporation, Tidjane Thiam et une cinquantaine d’autres personnalités.

Lomé, un cadre idéal

Par la tenue de ce Forum Infra for Africa et de l’assemblée générale d’Africa 50 sur son sol, le Togo atteste, une fois de plus, du niveau élevé de son soutien pour la réussite de ce projet. Et sûrement, les autorités ont mis les petits plats dans les grands, pour offrir un séjour agréable aux éminentes personnalités qui séjourneront sur le sol togolais, durant au moins 48 heures.

Le solide engagement de l’Etat togolais à offrir un cadre pour de grands événements internationaux n’est plus à justifier. Le pays a fait déjà ses preuves, par le passé et aujourd’hui, la parenthèse de la crise est derrière nous, surtout avec l’engagement personnel du chef de l’Etat Faure Essozimna Gnassingbé. Lomé, la capitale togolaise retrouve donc son attractivité et les deux grandes manifestations prévues, les 3 et 4 juillet courant, se dérouleront dans de bonnes conditions, notamment, en matière d’organisation. Une source proche de l’organisation assure, d’ailleurs, que les différents acteurs impliqués dans la réussite de ce nouveau challenge sont sur la bonne voie, pour concrétiser cette vision du chef de l’Etat.

Un programme alléchant

La cérémonie d’ouverture sera marquée par une intervention du président de la Banque africaine de développement (BAD) et Président du Conseil d’administration d’Africa 50, Dr Akinwumi Adesina. C’est après ces « remarques introductives » du Nigérian que le chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé, montera à la tribune, pour un discours d’ouverture.

Après cette phase protocolaire, les participants auront droit à une table ronde présidentielle. Elle tournera autour de comment débloquer les opportunités dans les infrastructures en Afrique. Des chefs d’Etat et des actionnaires d’Africa 50 mèneront la discussion sur les possibilités de développement des infrastructures, une occasion pour eux « d’analyser l’environnement réglementaire nécessaire au développement des infrastructures, de partager les expériences réussies et la manière dont elles peuvent être reproduites, ainsi que les mécanismes qui contribueront à accélérer le développement des infrastructures », indique le dossier de presse.

Dans l’après-midi, il est prévu une rencontre informelle avec la Directrice générale de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), Ngozi Okonjo-Iweala, et le président exécutif de Freedom Acquisition Corporation, Tidjane Thiam. Au cours de cette discussion informelle, ces deux voix économiques des plus influentes d’Afrique, apporteront un éclairage essentiel sur l’environnement économique mondial, la voie de la reprise en Afrique et les moyens d’éliminer les obstacles liés aux infrastructures, pour assurer la résurgence du continent. Toujours dans la soirée du premier jour, il y aura une deuxième table ronde au cours de laquelle sera débattu le thème : « Le financement dans une nouvelle ère – Le contexte de taux d’intérêt élevés : Comment naviguer dans l’incertitude ? », « Opportunité pour le gouvernement du Togo d’accueillir des déjeuners de présentation de projets » et « Exploiter le partenariat pour le transport d’électricité en Afrique – Présentation de l’Alliance Solaire Internationale » seront deux autres présentations de l’après-midi. Cette dernière problématique est justifiée par le fait que l’énergie solaire offre une opportunité majeure d’augmenter la capacité de base des pays africains bénéficiant d’un ensoleillement abondant. D’autres présentations sont annoncées au programme. C’est le cas, par exemple, de « Transports et logistique – Pourquoi les transports et la logistique sont essentiels au succès de la ZLECAf ».

Une soirée culturelle clôturera le premier jour de ce rendez-vous de haut niveau qui verra, en principe, la participation effective du chef de l’Etat Faure Essozimna Gnassingbé.

A propos d’Africa 50

Dans le cadre de la Déclaration sur le Programme de Développement des Infrastructures en Afrique (PIDA) en 2012, les chefs d’Etat africains ont appelé à des solutions innovantes pour accélérer la livraison des infrastructures sur le continent africain, conformément à l’Agenda 2063 de l’Union africaine.

Après de larges consultations avec des parties prenantes, la Banque Africaine de Développement a annoncé l’établissement d’Africa 50, un nouveau véhicule d’investissement conçu pour apporter une partie de la solution aux problèmes d’infrastructure du continent.

Africa50 est une plateforme d’investissement créée par des gouvernements africains et la BAD, pour combler le déficit de financement des infrastructures en Afrique. Elle a pour mission de mobiliser des financements des secteurs public et privé, de faciliter le développement de projets et d’investir dans les infrastructures sur le continent. Africa 50 privilégie les projets de moyenne et grande envergure ayant un fort impact sur le développement de l’Afrique, tout en proposant un rendement attractif aux investisseurs. Regroupant le développement de projets et le financement de projets sous une même institution, Africa 50 accompagne toutes les étapes du cycle d’un projet.

La base d’investisseurs d’Africa 50 est actuellement composée de 28 pays africains, deux banques centrales africaines et la Banque africaine de développement, auxquels d’autres devraient se joindre. Les banques actionnaires sont la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et la Bank Al-Maghrib. Le capital engagé est de 878 millions USD.

Africa 50 privilégie les investissements dans l’énergie, les TIC, les transports, et le midstream gazier.

Rigobert BASSADOU

 

Investissement Infrastructures

A lire dans Investissement Infrastructures

Facebook