Société

Le camp technologique « female Leadership Tech Camp » veut former 150 filles sur les énergies renouvelables

Le camp technologique « female Leadership Tech Camp » veut former 150 filles sur les énergies renouvelables

 

La troisième édition du Camp dénommé « Female Leadership Tech Camp » ou le Camp de technologie des jeunes filles a été lancée mardi à Lomé au bénéfice des jeunes femmes togolaises. Fruit d’un partenariat public-privé mis en place par l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique, en collaboration avec l’association Education, Civisme et Citoyenneté. Axé cette année sur les énergies renouvelables, le Female Tech Camp Togo s’inscrit dans la volonté d’amener les participantes à démystifier les sciences et les TIC et en les outillant sur les opportunités infinies de ce secteur, porteur en Afrique et plus particulièrement au Togo. Les ministres en charge des Postes et de l’Economie numérique, Mme Cina Lawson et de la Promotion de la Femme, Mme Tchabinandi Kolani Yentcharé ont pris part à la cérémonie de lancement de cette formation.

 

Plus de 150 jeunes femmes togolaises, âgées de 18 à 35 ans, prennent part, depuis mardi à Lomé, à un camp de technologie, initié par l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique, dans le cadre de ses activités de promotion des jeunes et des femmes. A travers cette troisième édition, l’ambassade des Etats-Unis veut promouvoir la création technologique parmi les jeunes filles et permettre l’éclosion de nouvelles startups complémentaires des grandes entreprises de technologie déjà existantes.

Il s’agit d’amener la gent féminine à s’intéresser à la science et à la technologie, de développer le leadership des jeunes filles en suscitant en elles l’esprit d’inventivité et de productivité, ainsi que la culture de l’entrepreneuriat. Bref, l’objectif est d’amener les bénéficiaires de ce programme à démystifier les sciences et les TIC tout en profitant de toutes les opportunités qui s’offrent devant elles.

A l’occasion, la chargée d’Affaires par intérim à l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique, Mme Dana Banks,  a souligné l’importance d’éduquer les jeunes femmes sur les énergies renouvelables, un secteur porteur pour chaque pays. S’adressant directement aux bénéficiaires de ce programme, Mme Dana Banks a précisé : « Au cours des trois jours, vous allez faire face à des défis, mais en fin de compte, vous allez grandir aux plans professionnel et personnel. Vous allez éventuellement renforcer vos compétences technologiques et accroître par la suite votre profil commercial sur le marché de travail mondial et interconnecté… Vous serez prêtes à partager vos nouvelles idées, à promouvoir vos projets et à atteindre l’autosuffisance. Vous allez aussi renforcer vos capacités de leadership… ».

Pour le directeur des Affaires publiques à l’ambassade, M. David Meron, ce programme de formation cadre parfaitement avec les objectifs et la mission diplomatique du gouvernement américain, «soutenir, encourager, aider, offrir des opportunités aux jeunes pour le développement de l’économie de leur pays ».

Les deux ministres, Cina Lawson et Tchabinandi Kolani Yentcharé ont loué les mérites de cette formation axée sur le thème de l’heure, « Les énergies renouvelables ». Tout en félicitant l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique pour cette initiative louable, elles ont encouragé les participantes à profiter des atouts de la formation qui leur balisera, à coût sûr, la voie à faire leur entrée dans ce secteur où on les compte le moins.

A en croire la coordinatrice du Female Tech Camp Togo, Mme Nadège Afoutou, les éditions précédentes de ce camp ont porté de fruits. « Nous nous réjouissons de savoir que la centaine de jeunes étudiantes qui avaient pris part aux deux éditions du Female Tech Camp, la quasi-totalité est repartie avec une plus-value. Nous comptons plus de jeunes femmes togolaises bloggeuses à ce jour. Des community managers ont émergé. Elles ont énormément grandi en confiance en soi, rejoint la communauté des étudiants en ligne, etc. ».

Mme Afoutou a rendu hommage à l’ambassade des Etats-Unis pour tous les efforts consentis pour le meilleur devenir de la jeune fille togolaise.

 

Bernadette A. GNAMSOU

Société

A lire dans Société