Justice

DES AVANCÉES DANS LA SITUATION DES DROITS DE L’HOMME AU TOGO SELON LE MINISTRE AGBETOMEY

DES AVANCÉES DANS LA SITUATION DES DROITS DE L’HOMME AU TOGO SELON LE MINISTRE AGBETOMEY

La situation des droits de l’Homme a connu des « avancées», a estimé le ministre en charge de la Justice, Kokouvi Agbétomey, au cours d’un point de presse, le mardi 8 décembre en prélude à la journée internationale des droits de l’homme célébré chaque 10 décembre. Le ministre a salué l’adoption du nouveau code pénal par l’Assemblée nationale, le 2 novembre dernier. « Ce code a domestiqué les conventions de Genève relatives au droit international humanitaire et la convention contre la torture ou d’autres traitements cruels inhumains et dégradants », a-t-il relevé. Malgré des avancées dans ce code, a déclaré le Garde de Sceaux, beaucoup de défis restent à relever notamment « la proscription de la montée inquiétante de la justice privée consécutive qui est un phénomène regrettable de l’insécurité due à l’humanité grandissante ».

Le ministre a signifié que « le gouvernement a recommandé aux instances juridictionnelles, de tous mettre en œuvre pour rendre opérationnel les chambres administratives des cours d’appel en vue de permettre aux citoyens de s’adresser à la justice pour le règlement de leurs différends avec l’administration ». M. Agbétomey a précisé que la déclaration des droits de l’Homme, adoptée le 10 décembre 1948, par l’assemblée générale des Nations Unies, constitue une première référence aux droits et libertés fondamentales reconnus à tous les êtres humains sans aucune distinction. Il a expliqué que le devenir de tout pays est lié aux efforts à entreprendre, pour relever les défis politiques, économiques, sociaux et culturels afin de construire par le travail, le bonheur des populations désireuses de vivre ensemble dans le but de rechercher l’intérêt général. Il a lancé un appel à chaque acteur de bien jouer le rôle qui est le sien dans la cité afin de promouvoir et de protéger les droits de chacun. « L’éducation permanente du citoyen aux droits et aux devoirs de l’Homme ainsi qu’aux principes démocratiques doit rester un impératif cardinal pour la construction de l’Etat de droit », a-t-il dit.

Le ministre a réaffirmé à la population, l’engagement du gouvernement sous l’impulsion du Chef de l’Etat, à œuvrer davantage pour la protection des droit de l’Homme. Ce point de presse a permis également au ministre d’évoquer la loi organique sur la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) et la convention pour l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale et la convention pour l’élimination de toute forme de discrimination à l’égard des femmes.

ATOP/LM/ADJ

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Justice

A lire dans Justice