Médias - Economie

Les journalistes des médias privés se forment  sur le décryptage des données économiques et financières

Le ministre Katari Foli Bazi et M. Eric William Stromayer à la cérémonie d'ouverture
Les journalistes des médias privés se forment  sur le décryptage des données économiques et financières

Une formation sur l’introduction à la pratique du journalisme économique à l’endroit de  plusieurs professionnels  de la presse privée togolaise a démarré ce lundi 21 septembre, à l’initiative de l’ambassade des Etats Unis au Togo. Pendant dix jours, ils vont se familiariser avec les concepts commerciaux, économiques et financiers, mais aussi être outillés pour pouvoir décrypter des données boursières, expliquer l’importance des fluctuations des prix de certains produits stratégiques sur l’économie locale, etc.

Les travaux d’un atelier de formation relatif aux pratiques du journalisme économique et financier ont été ouverts à l’Hôtel Concorde, par le ministre Katari Foli Bazi de la Communication, des Sports et de l’Education à la Citoyenneté et au Civisme. C’était en présence de l’ambassadeur des Etats Unis au Togo, M. Eric William Stromayer, dont la structure est organisatrice de cette rencontre regroupant des journalistes de la presse privée. Les participants ont dix jours pour acquérir et développer de nouvelles compétences rédactionnelles ou les systématiser, afin de pouvoir expliquer des données et faits économiques et financiers. L’exercice devrait aussi permettre aux participants d’être informés sur les  nouvelles exigences et normes internationales. Pour y parvenir, l’atelier a pris en compte plusieurs modules dont : « journalisme économique et financier », « Grandes notions économiques », « L’économie au service des populations », « pratique du journalisme économique », « information économique : le challenge de l’internet »

D’énormes avancées enregistrées dans le secteur au Togo

En ouvrant les travaux, le ministre Katari Foli Bazi a rappelé que la communication et l’information demeurent l’une des pierres angulaires de tout système d’administration et de toute bonne gouvernance. Aussi, ces secteurs sont-ils, aujourd’hui de par le monde, particulièrement dynamiques et en perpétuelle mutation, surtout avec le passage du système audiovisuel analogique au système numérique en cours au Togo. A la lumière de toutes les initiatives prises par le Togo au profit du secteur, le ministre en charge de la communication a rendu un vibrant hommage au chef de l’Etat.

« En effet, grâce à sa volonté politique, d’énormes avancées sont enregistrées dans ce secteur, depuis son accession à la magistrature suprême. Il s’agit, entre autres, de l’effectivité de l’aide de l’Etat à la presse, de la dépénalisation du délit de presse dans notre pays, de la mise en œuvre de projets de formations au profit des journalistes et professionnels des médias (l’ISACA, le CFRC appuyé par le PROFAMED, etc.), de l’élaboration en cours de la Politique nationale de la communication et de l’information, de la numérisation des médias audiovisuels d’Etat, du nouveau code de la presse togolaise avec ses nombreux avantages pour les journalistes, et j’en passe ».

L’ambassade des USA, un partenaire de taille pour relever des défis du secteur

Selon le ministre, malgré ces pas franchis dans la communication au Togo, des défis restent toujours à relever, auxquels les journalistes, et par ricochet, les médias sont confrontés.

« C’est pourquoi, des actions doivent continuer d’être menées, en vue de permettre à ces derniers de se conformer aux nouvelles exigences et normes internationales d’une part, et d’autre part, de vibrer aux mêmes diapasons que leurs confrères des autres pays du monde en termes de compétences et de maîtrise face aux nouvelles thématiques du secteur telles que le data journalisme, le journalisme économique, et que sais-je encore. Car, il faut le souligner, si le journaliste a pour rôle de trouver des informations, de les analyser et de les publier, le journaliste économique a des défis et exigences supplémentaires, dont la précision de l’information et la technicité. Et cela passe par un renforcement de capacités… », a relevé M. Katari Foli Bazi.

Eu égard à cette thématique aussi bien intéressante que d’actualité, le ministre a félicité l’ambassadeur pour l’organisation de cet atelier qui vient à point nommé. En effet, dans le cadre de la promotion d’une corporation forte et indépendante des journalistes et professionnels des médias, l’ambassade des USA au Togo reste et demeure un partenaire traditionnel et de taille. Le présent atelier sur « l’introduction à la pratique du journalisme économique et financier », vient s’ajouter à la longue liste de plusieurs éditions du projet « Les lauriers du journalisme d’impact » et des formations ponctuelles des hommes de médias. Pour le ministre, « c’est dire que dans le secteur de la communication, comme dans plusieurs autres d’ailleurs, et à travers plusieurs projets financés comme celui susmentionné, la représentation américaine dans notre pays est toujours présente et prête à nous accompagner. Et cet atelier vient à point nommé pour permettre aux data journalistes en général et aux journalistes économiques en particulier de prendre définitivement la main et de devenir compétitifs »

Rôle des médias pour faire du Togo un point régional de convergence économique

Dans son adresse du moment, le diplomate américain a souligné qu’un corps de presse fort et indépendant est la clé d’institutions fortes…. Les reportages économiques ont explosé bien au-delà des pages commerciales traditionnelles des médias.  Nombre des questions les plus importantes et les plus controversées débattues, aujourd’hui, concernent, non seulement la politique, mais aussi les affaires et l’économie sous une forme ou une autre.  « Aujourd’hui, la compréhension de l’économie sous-jacente permet aux journalistes de couvrir des questions critiques avec précision et profondeur, et ce faisant, ils aident leurs lecteurs à donner un sens au monde », a souligné M. Eric William Stromayer, citant le journaliste économique Stephen Solomon, pour justifier les opportunités de formation aux journalistes qu’offre l’ambassade.

A son avis, il est du devoir de la presse d’approcher les experts, d’expliquer à la population les conséquences positives d’une bonne pluviométrie sur l’agriculture, et certains effets négatifs de cette météo sur le transport des biens et des personnes.  « Les journalistes doivent s’intéresser à l’actualité commerciale régionale et internationale, afin d’aider les entrepreneurs togolais à se renseigner sur les marchés d’exportation et d’importation les plus prometteurs », a-t-il expliqué.  Il a rappelé que le Togo a pour objectif de devenir un pôle économique en Afrique de l’Ouest dans les années à venir.  Dans ce sens, « contribuer à faire des entrepreneurs togolais les acteurs d’une économie nationale prospère qui profitera aux Togolais comme aux Américains est l’une des priorités de l’ambassade des États-Unis.  Ni le Togo, ni l’ambassade ne pourraient y parvenir, si la presse ne jouait pas son rôle. L’information est essentielle dans tous les domaines de la vie.  Elle l’est encore plus dans le domaine économique et commercial, car elle est la base de la prise de bonnes décisions, si cette information est vraie et non manipulée.  Si, le Togo veut être un point régional de convergence économique, la presse est essentielle pour communiquer cette vision au monde. L’ambassade des États-Unis est fière de jouer son rôle dans la promotion de la croissance économique et le soutien des institutions démocratiques en formant les médias », a-t-il fait savoir.

La formation qui prend fin le 2 octobre, est assurée par des formateurs couvrant souvent l’actualité économique et financière, mais aussi des experts togolais et américains.

Bernardin ADJOSSE

 

Médias - Economie

A lire dans Médias - Economie

Facebook