Inclusion Sociale

Le projet de transferts monétaires à l’œuvre au Togo

Accompagnement des Femmes pour entreprendre des activités génératrices de revenus . Photo Archives
Le projet de transferts monétaires à l’œuvre au Togo

Chacun doit pouvoir vivre décemment, peu importe là où il habite sur le territoire. C’est l’une des priorités du gouvernement togolais, depuis 2005. Aussi en 2008, un ministère chargé du Développement à la base a été créé et supervise, aujourd’hui, l’Agence Nationale d’Appui au Développement à la Base (ANADEB) qui contribue à l’amélioration des conditions de vie des milliers de personnes vulnérables, à travers plusieurs projets, dont les transferts monétaires.

Le gouvernement, depuis quelques années, ne cesse de multiplier des actions et projets dans le domaine social. Ainsi, grâce aux mécanismes comme les Filets sociaux et services de base (FSB) ou encore les opportunités d’Emploi pour les jeunes vulnérables (EJV), plusieurs milliers de bénéficiaires sont atteints, chaque année, et les conditions de vie de la cible améliorées. Selon les résultats du dernier recensement (RGPH-5), la population togolaise se chiffre à 8,09 millions d’habitants sur le sol togolais, dont 3 944 510 hommes et 4 150 988 femmes, avec une forte densité de jeunes. Entre 2010 et 2022, la population s’est accrue en moyenne de 2,3% par année. Une situation qui implique la mise en place d’une politique publique orientée vers les besoins réels. C’est justement le but des transferts monétaires qui ont démarré, en septembre 2022, dans la préfecture de Dankpen, grâce au financement additionnel de 18 milliards de francs CFA pour le projet des FSB.

Le Grand Lomé n’est pas resté en marge de ces projets. C’est une zone urbaine qui concentre assez de personnes. Le processus d’opérationnalisation des transferts monétaires (après le financement additionnel) dans le Grand Lomé est donc sur la bonne voie et au total 26 250 ménages seront bénéficiaires. Le projet est destiné à assurer aux ménages ainsi qu’aux communautés pauvres, un meilleur accès aux infrastructures socioéconomiques de base, aux filets sociaux et aux opportunités d’inclusion économique. Il était initialement prévu pour arriver à terme, en décembre 2021, mais a été prolongé jusqu’en juin 2023, pour le bien-être des populations.

Cette phase additionnelle (FA-FSB) prend en compte 1 090 villages, 125 000 ménages en milieu rural et près de 45 quartiers du Grand Lomé. Chaque ménage aura droit à 06 tranches de 15 000 francs, soit un montant de 90 000FCFA d’ici juin 2023, à travers les paiements digitaux. Ceci, pour accroître le revenu et la consommation des ménages ciblés et leur capacité à faire face aux difficultés.

Mélissa BATABA

 

 

 

Inclusion Sociale

A lire dans Inclusion Sociale

Facebook