Finance

L’Assemblée nationale adopte à l’unanimité la loi de finances, exercice 2024

L'honorable Yawa Tsègan a présidé la plénière
L’Assemblée nationale adopte à l’unanimité la loi de finances, exercice 2024

L’Assemblée nationale a adopté, vendredi 22 décembre 2023, lors de sa quatrième séance plénière de la deuxième session ordinaire de l’année 2023, le budget de l’Etat, gestion 2024. Ce budget s’équilibre en ressources et en charges à 2.179,1 milliards de FCFA, soit une augmentation de 10,3% par rapport à l’exercice 2023. La séance a été dirigée par la présidente de ladite institution, Yawa Djigbodi Tsègan, en présence du ministre de l’Economie et des Finances, Sani Yaya et de son collègue chargé des Relations avec les Institutions de la République, Secrétaire général du gouvernement, Christian Eninam Trimua.

Le vote à l’unanimité des députés

Le budget de l’Etat, gestion 2024 a été voté, le 22 décembre 2023, à l’unanimité des députés présents à l’Assemblée nationale. Pour la première fois, dans l’histoire du pays, ce budget passe le cap symbolique des 2.000 milliards de francs CFA. Il s’équilibre en ressources et en charges à 2.179,1 milliards de francs CFA, soit une augmentation de 10,3% par rapport à l’exercice 2023 et est ainsi multiplié par dix, par rapport à son niveau d’il y a quelques années. Il est aligné sur les priorités du gouvernement, en lien avec l’exécution des projets et programmes de sa Feuille de route 2020-2025. Il vise à assurer l’accroissement des recettes, à travers l’élargissement de l’assiette fiscale, la maîtrise des charges de fonctionnement, afin de dégager des marges budgétaires au profit des investissements structurants, des dépenses sociales et sécuritaires. Les orientations de cette loi de finances prévoient une consolidation budgétaire à l’horizon 2025 et la poursuite des réformes, en matière de gestion des finances publiques, en faveur du climat des affaires et pour améliorer la notation financière de notre pays. Ce budget répond également aux aspirations profondes des populations, en matière de santé, d’éducation, d’inclusion sociale et financière. Ceci, à travers notamment, la protection sociale plus accrue, la couverture maladie universelle, dont l’opérationnalisation est prévue pour janvier 2024, avec la réhabilitation des CHU Campus et de Kara, l’équipement des structures de santé existantes, ainsi que la construction de nouveaux centres de santé et des unités de soins périphériques sur toute l’étendue du territoire. Il y aura aussi la construction de nouvelles Universités dans chaque région, dont la première phase, qui démarre en 2024, concerne l’Université de Kara et de Datcha.

En outre, l’accès à l’énergie et à l’électricité pour tous à un prix abordable demeure une grande priorité dans cette loi de finances.

Les grandes orientations budgétaires

Les commissaires du gouvernement. Les ministre Sani Yaya (à droite) et Christian Trimua

A l’issue de l’adoption de cette loi, le ministre de l’Economie et des Finances, M. Sani Yaya, a félicité l’ensemble des députés pour le travail de qualité abattu, en vue de donner au gouvernement les moyens de son action. Il a, à cet effet, rappelé qu’un montant de 669,2 milliards de francs CFA sera consacré aux secteurs sociaux, soit 48% des crédits budgétaires alloués aux ministères et institutions. Selon lui, ce budget promeut également le développement soutenu des secteurs productifs notamment, l’agriculture, l’industrie, les transports, la logistique et les services de qualité. A ce titre, un montant de 419,9 milliards de FCFA, soit 30,1% des allocations budgétaires est prévu dans ce cadre. En outre, l’exercice budgétaire 2024 prend en compte les besoins visant le renforcement de l’Etat et ses structures, à travers la modernisation de l’économie togolaise par la digitalisation dans tous les secteurs. Il prend surtout en compte les défis sécuritaires, notamment l’équipement et les dotations des dépenses de fonctionnement des forces de défense et de sécurité, afin de leur donner des moyens appropriés pour la protection du pays.

Par ailleurs, a expliqué le ministre Yaya, ce budget prend en compte les besoins liés à l’organisation apaisée des élections législatives et régionales, prévues pour 2024. Un montant de 304,5 milliards, soit 21,9% des crédits budgétaires est consacré pour soutenir les activités. « Sous l’impulsion du chef de l’Etat, le Togo a mis en œuvre des réformes et des actions audacieuses qui ont permis de maintenir un cadre macro-économique stable, d’assurer la résilience de l’économie et d’améliorer le bien-être des populations, dans un contexte international marqué, ces dernières années, par des chocs exogènes et des incertitudes entraînant un ralentissement de la croissance mondiale, en 2023 et 2024, à environ 3% ainsi que la hausse de l’inflation que nous commençons, bien sûr, à maitriser et à inverser la tendance », a précisé le ministre Yaya. Il a indiqué que malgré ces incertitudes, il est attendu sur le plan national, un taux de croissance réel de 6,6% en 2024, contre 6,4% en 2023.

La manifestation la plus éloquente de la vision du président de la République

« Je voudrais, à ce stade, saisir l’occasion pour saluer le leadership du chef de l’Etat, pour l’atteinte de ces résultats encourageants. Mes remerciements vont également à tous les partenaires au développement à travers leurs financements et appuis multiformes. J’adresse particulièrement nos remerciements au Fonds monétaire international avec qui nous venons de conclure “un accord avec les services” pour un nouveau Programme sur la période 2024-2027 au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC) d’un montant d’environ 400 millions de Dollars à taux nul qui permettra de répondre aux besoins, notamment en matière de sécurité et d’inclusion sociale », a signifié le ministre Yaya.

Pour la présidente de l’Assemblée nationale, Yawa Ddjigbodi Tsègan, ce budget équilibré est le reflet des efforts inlassables du gouvernement, sous l’impulsion du président de la République, en matière de mobilisation accrue des ressources et de leur allocation judicieuse en adéquation avec les priorités nationales. « Mieux encore, cette vitalité de notre économie est la manifestation la plus éloquente de la vision du président de la République, Faure Essozimna Gnassingbé, visant la protection du pouvoir d’achat des Togolais, la performance des finances publiques et des investissements, pour assurer un avenir reluisant à l’ensemble de la population togolaise. La représentation nationale tient à rendre hommage au chef de l’Etat. A ce titre, nous joignons nos voix à celles de l’ensemble de nos concitoyens pour exprimer notre compassion envers tous ceux qui ont été touchés par l’incendie du marché d’Agoè-Assiyéyé survenu la nuit dernière », a dit Mme Djigbodi Tsègan.

Alex TEYI

 

 

Finance

A lire dans Finance

Facebook