Actualité

La proclamation de l’indépendance, symbole d’un appel à construire le Togo dans l’unité

Le Drapeau du Togo
La proclamation de l’indépendance, symbole d’un appel à construire le Togo dans l’unité

Après le rattachement du Togo britannique au Gold Coast, devenu indépendant sous le nom du Ghana en 1957, le Togo sous tutelle française proclamait sa libération trois années plus tard, le 27 avril 1960. Ce jour-là, le mérite d’annoncer cette proclamation est revenu à Sylvanus Olympio, nationaliste, partisan « d’Ablodé » et leader du Comité de l’Unité Togolaise (CUT), devenu premier ministre à l’issue des élections du 27 avril 1958, remportées par son parti. Instant historique, le 27 avril 1960 marque le début d’un Togo libre, après deux ans de négociations franco-togolaises, dans un contexte extrêmement tendu. Retour à travers divers témoignages, sur le symbolisme et le sens de cette date emblématique qui remettait le destin du pays dans les mains de ses propres fils. Des témoignages actualisés, puisqu’ils remontent à la célébration de 2006, et dont certains auteurs, malheureusement, ne sont plus de ce monde.  

« En ce lieu, en ce jour, à cette heure, au nom du peuple togolais, je proclame solennellement l’Indépendance du TOGO, notre patrie. Et maintenant, Togolais et Togolaises, allons, comme l’hymne national nous y convie, allons tous ensemble bâtir la cité ». Cet appel qui résonne encore comme un écho dans l’esprit des Togolais, est celui du premier président du Togo indépendant, Sylvanus Olympio, à la proclamation de l’indépendance, le 27 avril 1960. Il fera 63 ans, jour pour jour, demain. Les Togolais ainsi affranchis de toute sujétion et maîtres de leur destin, avaient jubilé d’une « joie si profonde, immense et grande » de vivre, enfin, dans un pays libre avec tous les attributs qui lui sont liés. Un pays où ils sont libres d’affirmer leur personnalité parmi le concert des nations. Fruit de tant d’années de lutte, la proclamation de l’indépendance a ouvert une nouvelle ère d’espoir pour le pays et ses fils. Espoir de pouvoir fermer les pages d’une « nuit » qui aura « été longue », mais qui fait place à un nouveau « jour » plein d’optimisme qui intervient après des moments de discussions difficiles. « Tant d’années avant d’avoir pu être compris, tant d’espoirs pour rester fermes tout au long de cette route semée de déceptions, tant de volonté pour connaître enfin cette heure que nous ne saurions vivre avec légèreté », témoignait feu président Sylvanus Olympio qui partageait avec tant d’autres Togolais à peu près les mêmes émotions et sentiments de joie d’avoir reconquis leur dignité et identité. Surtout d’être des citoyens d’un “pays souverain” disposant de son hymne, « Terre de nos aïeux », d’un drapeau et d’autres attributs conférés aux Etats libres.

 

Ils ont vécu le 27 avril 1960 dans la joie

 

Beaucoup de Togolais qui ont vécu la proclamation de l’indépendance, le 27 avril 1960, sont unanimes à reconnaitre que c’est la date de naissance de la nation togolaise.

De l’avis de feu Firmin Abalo, ancien secrétaire général de la JUVENTO et président national en 1964, « c’était une ambiance de fierté et de joie partagée entre tous les Togolais et particulièrement par les “Juventistes”, pour avoir obtenu satisfaction de leur réclamation ». Sentiment de joie partagé par l’honorable Monsila Djato qui fut chef de poste administratif, puis chef de circonscription par intérim à Sotouboua. Il témoigne : « J’avais juste 24 ans. Et ce jour-là, c’est moi qui ai guidé la délégation de la Turquie arrivée pour cette célébration. La joie des Togolais, ce jour mémorable, était totale sur toute l’étendue du territoire national. Et tout s’est passé sans le moindre incident, sauf qu’à la proclamation officielle de l’indépendance, à minuit, lorsqu’on montait le drapeau togolais et descendait celui de la France, le nôtre s’est arrêté à mi-parcours. On a dû finir les cérémonies avant que le drapeau togolais ne flotte dans les airs. Mais, cet incident n’a pas terni la fête qui s’est poursuivie tard dans la nuit, avec des réjouissances populaires ».

Pour sa part, Paul Ayi, professeur d’art plastique, diplômé de l’école nationale supérieure des beaux-arts de Paris, relève que le jour de l’indépendance, le 27 avril 1960, « a été accueilli par tout le peuple togolais comme une libération pour un meilleur devenir. C’est comme cela que bon nombre de Togolais, moi y compris, ont vécu le jour de l’indépendance. La joie a été totale. C’était un évènement incommensurable. Personne n’a voulu manquer à cet événement unique en son genre. Moi, j’étais à Sokodé en ce jour du 27 avril 1960. Tout en étant enseignant, j’ai été envoyé pour encadrer les manifestations. Et là-bas, c’était également la joie débordante… ».

Pour feu Atsutsè Kokouvi Agbobli, ancien ministre, historien, journaliste et directeur de publication, le 27 avril 1960 à la proclamation de l’indépendance du Togo, c’était sa « propre renaissance pour la simple raison que j’ai vécu la période coloniale. J’ai subi avec le peuple togolais, les épreuves de cette période. J’ai assisté à des scènes de répression qui m’ont révolté, d’autant plus que mes parents étaient eux-mêmes des combattants de la liberté et de l’indépendance du Togo. Je peux vous assurer que nous avons senti l’indépendance comme la renaissance du Togo et la renaissance de tous les Togolais, qu’ils fussent à l’époque à l’intérieur et à l’extérieur du pays. J’ai vécu l’indépendance comme une transformation personnelle, étant moi-même, à mon âge déjà un combattant de la liberté ».

Le véritable jour de naissance de la nation togolaise

Au-delà de la joie unanime, le 27 avril 1960, c’est aussi le symbole de la victoire du peuple sur l’occupant. Et c’est ce que soutenait Bitho Essohouna, ancien directeur de publication et membre de la HAAC, témoin de la proclamation. De son point de vue, le 27 avril 1960 représente le jour de naissance de l’Etat togolais. Car « à partir du 27 avril 1960, l’histoire de la souveraineté internationale du Togo a commencé. La nation togolaise est née, le 27 avril. Pour moi, cette date doit représenter quelque chose de sérieux, de souvenir pour nous….. C’était la victoire de tous les Togolais. Donc, le 27 avril est un jour sacré qui symbolise le jour où les Togolais ont choisi d’être un dans l’urne, en votant le bulletin blanc, en sachant que c’est pour faire partir le Blanc et quand ce dernier s’en ira, il n’y aura plus d’impôt, de bastonnades, de travaux forcés. C’est ainsi que les milieux où on ne comptait pas plus de cinq à dix “Cutares”, il y avait jusqu’à cinq cent à six cent bulletins blancs dans les urnes… », expliquait-il.

L’historien et universitaire Koffi Badjow Tcham, ne dit pas le contraire, renvoyant l’indépendance aux élections, du 27 avril 1958, une date qui reste « importante dans l’histoire du Togo et de manière incontournable. C’est le jour où les Togolais, d’une voix commune, d’une même voix ont dit non à la domination coloniale. Mais, ce que je voudrais ajouter c’est que le 27 avril 1958, ce n’est pas la victoire d’un homme. Ce n’est ni la victoire d’une région contre une autre. C’est la victoire du peuple togolais tout entier. Et ce que je voudrais vous faire remarquer, c’est que le 21 juin 1957, c’est à Pya-Hodo qu’on a massacré des gens, parce qu’ils avaient eu le courage de prononcer le slogan, « ablodé ». C’est vous dire donc que partout, on aspirait à la libération, on aspirait partout à l’indépendance. Donc, le 27 avril 1958, c’est la victoire du peuple togolais. Cela doit être perçu et ainsi compris. Même si par la suite, bien sûr, l’espoir placé dans les gens qui ont défendu cette cause a été déçu, il n’en demeure pas vrai que cette date reste une des principales dates de l’histoire du Togo. Je crois que là-dessus, il n’y a pas ambiguïté possible ».

Tout comme Pr Tcham, son collègue Nicoué Gayibor, lui aussi historien, renvoie les Togolais aux inscriptions sur le monument de l’indépendance pour mieux comprendre la portée de cet événement. « C’est marquer là-dessus :”Peuple togolais, par ta foi et ton courage, la nation togolaise est née”. C’est formidable ! Véritablement, la nation togolaise est née à partir de là, c’est-à-dire, avec cette reconnaissance sur le plan officiel, avec cette prise en main de l’avenir, du devenir, de l’administration et de tout ce qui est la nation. Nous sommes devenus véritablement grands. Nous sommes devenus l’égal des autres peuples du monde, nous sommes devenus nous-mêmes ! Voilà à peu près ce que représente cette date pour moi ».

En somme, c’est dire que le 27 avril reste la date fédératrice des Togolais dans leurs diversités. Exploitons donc cet héritage commun pour « servir » notre « or de l’humanité », le Togo et dans « l’unité », comme nous le recommande, notre hymne national, « Terre de nos aïeux ». Mieux, faisons un effort de dépassement de soi, en faisant taire les querelles politiciennes pour construire le Togo.

 

Bernardin ADJOSSE

 

Actualité

A lire dans Actualité

Facebook