Actualité

La 3e édition de la Journée internationale du café célébrée à Lomé

La ministre Mivédor réceptionne la machine offerte au CCFCC
La 3e édition de la Journée internationale du café célébrée à Lomé

Lomé a accueilli, samedi 14 octobre 2023, la troisième édition de la Journée Internationale du Café (JIC 2023), autour du thème : « Boire le Café Africain Construit l’Afrique ». Cet évènement, important pour l’ensemble des acteurs de la filière café, est organisé par le gouvernement togolais, à travers le Comité de Coordination pour les Filières Café et Cacao (CCFCC), en partenariat avec l’Organisation Interafricaine du Café (OIAC). Il a été marqué, essentiellement, par la dégustation gratuite de café, l’exposition-vente de produits à base de café et la réception officielle par le CCFCC de matériels de préparation de café, don de l’OIAC, dans la perspective de la mise en place d’un Centre de formation professionnelle des baristas.

L’intervention de M. Enselme Gouthon.

La célébration de la 3e édition de la journée internationale du café, délocalisée à Lomé après les deux premières éditions célébrées à Abidjan, en Côte d’Ivoire, offre l’occasion de renforcer auprès de la population togolaise la prise de conscience collective de la consommation du café produit localement. En effet, l’Organisation Interafricaine du Café (OIAC), dans sa nouvelle stratégie de promotion du café dénommée « Drink African Coffee Build Africa/Boire le Café Africain Construit l’Afrique, en abrégé DACBA/BOCA », a commémoré cette journée internationale, pour la première et deuxième fois, respectivement le 1er octobre 2021 et le 28 septembre 2022 à Abidjan. Pour cette année 2023, dans son souci de célébrer cette journée de manière délocalisée dans les pays membres, elle a choisi le Togo pour cette première expérience. La manifestation qui s’est déroulée, samedi au Centre Togolais des Expositions et Foires de Lomé (CETEF), a connu la présence de plusieurs dignitaires des filières Café-Cacao, des membres du gouvernement et du corps diplomatique, des autorités politiques, administratives et traditionnelles, des jeunes entrepreneurs femmes et hommes, ainsi que des étudiants des écoles et Universités du Togo. Cette journée a été marquée par la réception par le CCFCC de matériels de préparation de café, dans la perspective de la mise en place d’un Centre de formation professionnelle des baristas.

Ce projet, fruit du partenariat OIAC-OIC-GIZ, permettra au Togo de former des jeunes gens au métier du café et de créer de nouvelles opportunités d’entrepreneuriat, a laissé entendre M. Enselme Gouthon, secrétaire général du CCFCC, également président de l’Organisation Internationale du Café (OIC). Selon lui, trois (3) jeunes togolais, ayant bénéficié d’une formation internationale en barista à Lomé, s’étaient déjà fait remarquer lors du 1er championnat africain des jeunes baristas, organisé à l’occasion des réunions annuelles de l’OIAC tenues, en novembre 2022 à Lomé. Depuis lors, indique-t-il, ces jeunes sont devenus des formateurs dans la sous-région ouest-africaine en matière de préparation du café.

Par ailleurs, M. Gouthon a rappelé que le Togo est aussi pressenti pour accueillir une Académie de café, un projet de l’ACRAM avec l’Université de Zurich.

Reconnaissance du travail acharné des acteurs de la chaîne de valeur du café

Pour l’ambassadeur Solomon Rutega, secrétaire général de l’OIAC, cette journée est célébrée, chaque année, en reconnaissance du service dévoué et du travail acharné de tous les acteurs de la chaîne de valeur du café, qui comprend les agriculteurs, transformateurs, exportateurs, importateurs, torréfacteurs, propriétaires et amateurs de café. Selon lui, le café est la 2e matière première la plus échangée au monde après le pétrole, et la boisson la plus consommée après l’eau. Il est produit dans plus de 50 pays, par environ 100 millions de familles de petits producteurs. Plus de 3 milliards de tasses de café sont consommées, chaque jour. Le café, dit-il, est très important pour l’Afrique, car il constitue une source de revenus pour au moins 60 millions de personnes sur le continent. L’Afrique représente environ 12 % de la production mondiale de café. Toutefois, cette production n’a contribué qu’à hauteur de 2,5 milliards de Dollars américains à l’économie africaine, en 2021, alors que la valeur commerciale mondiale est estimée à 466 milliards de Dollars, ce qui équivaut à environ 35 % du PIB combiné des producteurs du G25. Pour l’ambassadeur Rutega, l’Afrique doit exploiter pleinement les opportunités existantes, en transformant la chaîne de valeur du café africain, surtout au regard de sa population qui est l’une des plus jeunes du monde, avec environ 70 % de personnes âgées de moins de 35 ans. « Et ce, dans le cadre de la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine (ZLECAF), en promouvant la consommation intérieure de café, afin d’améliorer les revenus et les moyens de subsistance des producteurs de café africains, en particulier la future génération de jeunes et de femmes », a-t-il expliqué.

La transformation et la consommation locales figurent dans les préoccupations des autorités togolaises

Dans son intervention, la ministre du Commerce, de l’Artisanat et de la Consommation locale, Mme Kayi Mivédor, s’est réjouie que cet évènement ait lieu au beau milieu du mois du Consommer local. Elle a souligné que le café demeure l’un des produits, dont la transformation et la consommation locales figurent dans les préoccupations majeures des autorités togolaises. A son avis, ce qui est rassurant, c’est de constater que l’OIAC s’est impliquée sérieusement dans le processus de promotion de la consommation locale du café, notamment à travers son projet de « Promotion de la consommation intérieure du café ». Le Togo, participant activement à ce projet, a déjà installé, à travers le CCFCC, un certain nombre de kiosques à café, notamment à Lomé et à l’Université de Kara, a fait savoir la ministre Mivédor.

Pour sa part, le directeur général de l’Institut de Conseil et d’Appui Technique (ICAT), représentant le ministre en charge de l’Agriculture, M. Madjoulba Robert Batocfetou, a félicité les unités de transformation, Café des Grands Plateaux, Café des Moines, Café Kuma, Café Kara, Café Emaüs et King café, qui garantissent une valeur ajoutée au café.

Pour le reste, dans le cadre des activités marquant cette journée, une caravane a fait le tour de la ville et des principaux marchés de Lomé, en assurant une distribution gratuite du café. Cette caravane a permis de vulgariser les vertus diététiques du café et de valoriser les cafés des zones de production au Togo.

Komla GOKATSE

 

Actualité

A lire dans Actualité

Facebook