Commerce Inter - Africain

Le Conseil d’administration de la Société du Fonds d’ajustement de la ZLECAf a tenu sa réunion inaugurale  au Rwanda

Le Conseil d’administration de la Société du Fonds d’ajustement de la ZLECAf a tenu sa réunion inaugurale  au Rwanda

La réunion inaugurale du conseil d’administration de la Société du Fonds d’ajustement de la ZLECAf  s’est tenue ce 6 octobre 2023, à Kigali, au Rwanda. Les membres du Conseil d’administration ont délibéré sur des questions clés qui serviront de base à la mise en œuvre réussie du Fonds d’ajustement de la ZLECAf. Parmi celles-ci, citons la nomination du Fonds pour le Développement des Exportations en Afrique (FEDA), la plateforme d’investissement d’impact de la Banque Africaine d’Import-Export, en tant que gestionnaire du Fonds d’ajustement.

C’est suite au mandat du Sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine (UA) et du Conseil des ministres de la ZLECAf responsables du commerce, que Afreximbank et le Secrétariat de la ZLECAf ont été mandatés pour établir et opérationnaliser le Fonds d’ajustement de la ZLECAf à travers une société en nom collectif, la Société du Fonds d’ajustement de la ZLECAf, dont les opérations du Fonds sont domiciliées au Rwanda.

Ainsi, le Fonds soutiendra les pays et les entités privées par le biais de financements, d’assistance technique, de subventions et de fonds de compensation dans leur transition vers le nouveau régime commercial et atténuera tout impact négatif qui pourrait survenir au cours de ce processus. En fournissant un soutien ciblé, le Fonds vise à garantir qu’aucun pays ne soit laissé pour compte et que les avantages de la ZLECAf soient partagés équitablement et de manière durable sur tout le continent.

Les composants du Fonds

Le Fonds d’ajustement de la ZLECAf se compose de trois sous-fonds, à savoir le Fonds de base, le Fonds général et le Fonds de crédit. Le Fonds de base utilisera les contributions des États parties à la ZLECAf ainsi que les subventions et l’assistance technique pour remédier aux pertes de recettes tarifaires qui résulteraient de la mise en œuvre de l’accord de la ZLECAf. Le Fonds général financera le développement d’infrastructures propices au commerce tandis que le Fonds de crédit sera utilisé pour mobiliser des financements commerciaux pour soutenir les secteurs public et privé, leur permettant de s’adapter et de tirer parti des opportunités créées par la ZLECAf.

Selon le président du conseil d’administration de la Société du Fonds d’ajustement de la ZLECAf , M. Jean-Louis Ekra,iIl est important de noter que le Fonds d’ajustement n’est pas destiné à perpétuer la dépendance, mais plutôt à favoriser l’autonomie. « Ses ressources visent à aider les pays à surmonter les obstacles temporaires et à jeter les bases d’une résilience économique à long terme. Grâce à des investissements prudents et à une planification stratégique, les États membres peuvent utiliser le soutien du Fonds pour renforcer leurs capacités productives, diversifier leurs économies et accélérer les progrès vers les objectifs de développement durable. Cela me réjouit le cœur de participer activement à cette noble démonstration de l’histoire en devenir. Je nous exhorte tous à saisir cette opportunité historique pour libérer le vaste potentiel de l’Afrique, renforcer l’intégration régionale et forger ensemble un avenir meilleur pour tous », a –t-il déclaré.

Le Secrétaire général du Secrétariat de la ZLECAf, Wamkele Mene, de son côté, a expliqué que « cette réunion inaugurale du Conseil d’administration du Fonds d’ajustement de la ZLECAf annonce une étape louable dans la mise en œuvre réussie de l’Accord. En collaboration avec notre partenaire stratégique Afreximbank, nous nous engageons à fournir le soutien nécessaire aux États parties et aux entités privées à travers le Fonds d’ajustement. Le Conseil, composé d’experts et de dirigeants motivés du continent, mènera les actions nécessaires pour garantir le respect de toutes les règles et réglementations ».

Potentialités  de la ZLECAf

Pour le vice-président exécutif, gouvernance, services corporatifs et juridiques d’Afreximbank, Dr. George Elombi, « Afreximbank se félicite de la convocation de la première réunion du conseil d’administration du Fonds d’ajustement de la ZLECAf, qui marque une étape importante dans l’avancement de la mise en œuvre du libre-échange continental africain. Accord (ZLECAf). Compte tenu de l’énorme potentiel de la ZLECAf pour le continent, la Banque est particulièrement heureuse d’être un partenaire stratégique du Secrétariat de la ZLECAf dans la création du Fonds d’ajustement. Nous sommes également heureux que notre filiale, le Fonds pour le développement des exportations en Afrique (FEDA), ait été désignée gestionnaire du fonds ».

La Directrice générale du Fonds pour le Développement des Exportations en Afrique, Mme Marlène Ngoyi, pour a part, a relevé que « FEDA est honorée d’avoir l’opportunité de jouer un rôle dans la libération du vaste potentiel de l’accord de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf). Cet accord transformateur a le pouvoir de créer un avenir plus prospère, plus équitable et plus durable pour des millions de personnes à travers le continent. La nomination de FEDA en tant que gestionnaire d’investissement du Fonds général et du Fonds de crédit du Fonds d’ajustement de la ZLECAf démontre l’engagement du Secrétariat de la ZLECAf, d’Afreximbank et de FEDA en faveur de la réalisation urgente de cette grande vision ».

Moussouloumi BOUKARI

 

Mieux connaitre la ZLECAf

La Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) est l’un des projets phares de l’Agenda 2063 : « L’Afrique que nous voulons » et est entrée en vigueur le 30 mai 2019. Il s’agit d’un accord commercial très ambitieux, qui vise à rassembler les 55 États membres. États de l’Union africaine, couvrant un marché de plus de 1,3 milliard de personnes, avec un champ d’action complet qui inclut des domaines critiques de l’économie africaine, tels que le commerce numérique et la protection des investissements, entre autres domaines. En éliminant les obstacles au commerce en Afrique, l’objectif de la ZLECAf est de stimuler considérablement le commerce intra-africain, en particulier le commerce des produits à valeur ajoutée et le commerce dans tous les secteurs de services de l’économie africaine, à un potentiel de 52,3 pour cent.

Commerce Inter - Africain

A lire dans Commerce Inter - Africain

Facebook