Santé

Le Premier ministre présente le plan du Gouvernement pour l’amélioration des conditions de vie et de travail du personnel de la Santé

Le PM Klassou ( au centre) présentant le document au Groupe de travail
Le Premier ministre présente le plan du Gouvernement pour l’amélioration des conditions de vie et de travail du personnel de la Santé

Il y a cinq mois, précisément le 20 février 2019, le gouvernement réceptionnait le rapport du groupe de travail sur le secteur de la santé. Le mardi 23 juillet, à la Primature, le  chef du gouvernement, Komi Selom Klassou a rencontré à nouveau les membres du Groupe de travail en vue de donner suite aux différents problèmes contenus dans le rapport ayant trait à l’amélioration des conditions de vie et de travail du personnel de la santé. A l’issue de la réunion, le Premier ministre a annoncé des mesures prises par le gouvernement pour accompagner le secteur de la santé. Quelques membres du gouvernement étaient présents à cette rencontre d’échanges.

Le Premier ministre Komi SelomKlassou, s’adressant mardi au groupe de travail sur le secteur de la santé, a souligné que le gouvernement, sous l’impulsion du président de la République, a examiné avec célérité et responsabilité le contenu du rapport qui lui a été soumis. Lequel rapport est articulé en quatre principaux axes à savoir : le statut particulier du cadre du personnel médical, paramédical et technique de la santé ; la bonification d’ancienneté, la protection sociale et les  mesures  de sécurité en faveur du personnel soignant. Le dernier volet touche l’amélioration et le renforcement du système de santé.

Pour le Premier ministre, au regard et à l’analyse des points ci- dessus énumérés et qui sont déclinés en un certain nombre de cibles,  il ressort que les problèmes auxquels est confronté le secteur de la santé ne peuvent être réglés convenablement qu’au travers d’une approche globale et non fragmentée. Dans cette logique et au regard des préoccupations et revendications du personnel de la santé, le chef du gouvernement, Komi SelomKlassou, a déclaré: « En ce qui concerne le statut particulier du cadre du personnel médical, paramédical et technique  de la santé, je voudrais saluer l’initiative du projet de statut contenu dans le rapport et  vous rassurer que le gouvernement, dans une démarche participative à laquelle vous continuerez à être associés, s’inspirera de ce document pour élaborer et adopter des règles répondant aux réalités et contraintes du secteur de la santé. En ce qui concerne la bonification d’ancienneté, comme,  vous savez déjà, le gouvernement a accédé favorablement à votre doléance en décidant d’accorder une bonification d’ancienneté aux contractuels des formations sanitaires publiques une fois admis aux différents concours d’entrée à la fonction publique. D’ailleurs, nous avons donné des instructions aux ministres de la Fonction publique et de l’Economie et des Finances afin de traiter avec célérité tous les dossiers qui leur ont été soumis. Dans la même dynamique, le gouvernement poursuivra les efforts en accordant un quota aux contractuels, lors des concours de recrutement dans la fonction publique. Du côté de la protection sociale et des mesures de sécurité en faveur du personnel soignant, je voudrais rassurer que cette question s’inscrit entièrement dans l’axe 3 du Plan National de Développement (PND 2018-2022) qui vise à renforcer les mécanismes d’inclusion économique et sociale. Des solutions satisfaisantes et durables ne pourront être apportées dans ce domaine sans répondre, de manière  systématique et globale, aux défis liés à la modernisation et au renforcement de notre système de santé. C’est pourquoi, je voudrais aborder ensemble ces deux points (la protection sociale et les mesures de sécurité en faveur du personnel soignant puis l’amélioration et le renforcement du système de santé). »

L’approche du gouvernement expliquée

Selon le Premier ministre, l’approche du gouvernement repose sur trois ordres de mesures qui sont: la mise en place d’un système de base robuste et résilient. Il s’agit, entre autres,  de la réforme de la gestion par la  contractualisation, la construction et la réhabilitation des formations sanitaires et leurs équipements.  » 79 formations sanitaires ont été soit construites ou réhabilitées à travers les six régions sanitaires« , a t- il précisé. Sur l’initiative du chef de L’Etat, a poursuivi le Chef du gouvernement, des démarches sont déjà en cours pour doter les CHR et les CHU de scanners performants. A tout ceci, s’ajoutent aussi les cinq cliniques mobiles déjà mises à la disposition des régions.  Le troisième point concerne le renforcement des ressources humaines en vue de doter les centres de soins en personnels qualifiés, des écoles paramédicales ont été ouvertes dans chaque région. M. Komi SelomKlassou a aussi précisé que le secteur de la santé bénéficie d’efforts constants en matière de recrutement. A cet effet, il a annoncé que les résultats du dernier concours de recrutement seront proclamés dans les plus brefs délais. En outre, le gouvernement étudie la possibilité d’un autre concours de recrutement en faveur du secteur de la santé. Selon le chef du gouvernement, concernant la construction des hôpitaux de référence qui a pour objectif de renforcer le plateau technique et de réduire les cas d’évacuation sanitaire, le chantier de l’hôpital SaintPérégrin est une parfaite illustration. S’agissant de la couverture maladie, la volonté manifeste du gouvernement, selon le Premier ministre, est d’offrir une couverture médicale  à toutes les couches de la population du pays.  Cette volonté s’est traduite,  dès 2012, par la mise en place d’un système d’assurance maladie au profit des agents de l’Etat et assimilés, gérépar l’Institut national d’assurance maladie (INAM). Cette mesure, selon M. Klassou,  a entraîné une meilleure prise en charge des bénéficiaires.  Il a également fait cas de l’initiative  » SchoolAssur » qui permet à plus d’un million et demi d’élèves de bénéficier de la couverture maladie et ce, depuis la rentrée scolaire 2017-2018.  Des dispositions sont en cours pour l’extension de l’assurance maladie au secteur privé et au secteur informel.

Concernant les autres préoccupations spécifiques relatives à la protection et à la sécurité du personnel soignant, le Premier ministre a rassuré que le gouvernement y accordera toute l’attention requise.Ceci, dans un esprit de concertation et de dialogue. « Des efforts considérables sont chaque jour accomplis afin d’améliorer les conditions de vie et de travail de tous nos concitoyens. J’en veux pour preuve les importantes mesures sociales annoncées le 26 avril 2019 par le Président de la République, notamment le relèvement de la valeur indiciaire au profit des fonctionnaires et des retraités du secteur public. Tous ces acquis ne peuvent se pérenniser et se renforcer que dans  un climat de paix, de sécurité et de stabilité auquel chacun de nous est appelé à contribuer », a souligné le Premier ministre.  M. Klassou a enfinfélicité, d’une part, tous les membres du Groupe de travail pour la pertinence du contenu du rapport et, d’autre part, salué le sens d eresponsabilité des différents syndicats du  secteur de la santé.

Les ministres en charge de la fonction publique et de la santé sont revenus chacun, en ce qui le concerne, sur les efforts qui sont faits sur le terrain, afin d’offrir des soins de qualité aux populations.Ils ont rappelé les conditions idoines à remplir  pour atteindre les résultats attendus  par rapport au statut particulier du cadre du personnel de la santé.

« Le principe est acquis », selon le Groupe de travail

A l’issue de la déclaration du Premier ministre, le président du Groupe de travail, M. Gilbert Tsolényanu a déclaré: « Nous avons écouté le gouvernement. Nous allons rendre compte à la  base par rapport à ce qui a été dit et c’est à la base d’apprécier. Ce qui est bien à savoir est que le gouvernement a dit qu’il fait ce qu’il dit et qu’il dit ce qui doit être fait et que les jours à venir, il aura à proclamer les résultats du concours passé et qu’il aura à organiser à la suite un concours pour recruter encore dans la santé. Nous allons informer la base des autres mesures et nous prendrons la décision idoine ». Selon M. Tsolényanu, le principe est acquis,  sauf que le processus pour y arriver est encore devant. Il y a des études à faire, des visites de terrain à effectuer pour s’imprégner des réalités d’ailleurs, afin de consolider le document, a-t- il fait savoir.  A son avis, dire que le gouvernement ne fait rien pour le secteur de la santé, c’est malhonnête, mais plusieurs défis restent encore à relever pour parfaire les conditions de vie et de travail du personnel de la santé.

Bernadette A. GNAMSOU

Santé

A lire dans Santé