Culture

Cinquante ans après, un film documentaire et un livre lèvent le voile sur la mort de l’artiste Bella Bellow

La dédicace du livre Bella Bellow, une légende africaine.
Cinquante ans après, un film documentaire et un livre lèvent le voile sur la mort de l’artiste Bella Bellow

Une soirée musicale et d’échanges sur le livre « Bella Bellow, une légende africaine » du journaliste Jules Ahadzi Komlan a été organisée par le Goethe Institut, le mardi 21 mai 2024. Déjà, le samedi 18 mai 2024, c’était l’Institut Français qui avait organisé la dédicace du même ouvrage. L’auteur a voulu, dans une enquête, célébrer la mémoire de la diva Bella Bellow décédée, il y a cinquante ans, mais aussi lever le voile sur l’ambiguïté qui entoure les circonstances de sa mort.


Jules Ahadzi Komlan (en veste) discute avec l’assistance.

C’est par la projection d’un film documentaire intitulé « Bella Bellow, 50 ans et des questions », que la soirée musicale et d’échanges a débuté à l’annexe du Goethe Institut du Togo sise à Agbalépédo, le mardi 21 mai 2024. Ce documentaire a été réalisé par le journaliste Jules Ahadzi Komlan qui a fait un travail d’investigation et d’enquête journalistique. Il s’agit d’un film de 26 mn qui retrace la vie, la carrière de l’artiste, avec des témoignages des proches et de ceux qui ont travaillé avec celle-là qui se nommait affectueusement Bella Bellow, de son vrai nom Georgette Nafiatou Bellow, décédée dans un accident de voiture, le 10 décembre 1973 à l’âge de 28 ans.

L’auteur de ce documentaire reste aussi le maître d’œuvre du livre « Bella Bellow, une légende africaine ». Un ouvrage présenté pour la circonstance au public, en présence de la ministre du Développement à la base, Myriam Dossou-d’Almeida, de l’ancien ministre des Sports, Horacio Freitas et du directeur de Goethe-Institut M. Edem Attiogbé. C’était sous forme d’un entretien avec des journalistes et l’assistance.

Tout s’est passé au rythme des mélodies de Bella Bellow exécutées par l’artiste Roger Ribouem et sa fille Thabita au piano. Ce qui a permis à l’assistance de revisiter les morceaux de Bella Bellow qui traversent le temps sans ride. Il y a eu aussi l’exécution du morceau qui rend hommage à l’artiste, intitulé « Bella Bellow, une légende africaine », composé par Jules Ahadzi Komlan, ce passionné incontestable de Bella Bellow. Ce morceau hymne a été chanté à la satisfaction du public par l’artiste Rodrigue Bellow et son groupe.

Un artiste dont la particularité du timbre vocal reste jusqu’à ce jour un modèle

L’autre événement majeur a été la dédicace du livre « Bella Bellow, une légende africaine » à la médiathèque de l’Institut Français du Togo, le samedi 18 mai. Ceci, en présence du directeur délégué de l’Institut Français du Togo M. Alain Laëron et des invités.

L’ouvrage est le fruit de trois ans d’enquête journalistique, de collecte d’informations, de témoignages et de souvenirs. Jules Ahadzi Komlan a, dans ce livre, consacré un chapitre clé « Le dernier voyage d’une légende » sur ce qui s’est passé en ce jour mémorable du 10 décembre 1973 à partir de 6 heures. C’était un récit chronologique sur le voyage et les circonstances de sa mort…

Pour l’auteur, en écrivant ce livre, il s’est agi « de permettre à la jeunesse africaine et togolaise de savoir qui est réellement Bella Bellow. Il faut laisser un document de travail crédible à la jeunesse, c’est le but du livre ». A son avis, Bella Bellow reste « la plus grande chanteuse togolaise de tous les temps et notre mission en tant que journaliste, c’est de montrer aux yeux du monde que le Togo, à un moment donné de l’histoire, a couvé une perle, une vraie valeur de la musique africaine, dont la particularité du timbre vocal reste jusqu’à ce jour un modèle ».

 Un autre fait marquant de cette rencontre a été la présence du Dr Mélanie Ayélé Gaba Beccari, la dernière survivante de l’accident du 10 décembre 1973, que l’assistance a découverte avec émotion et curiosité. Parent proche de l’époux de Bella Bellow, cette chirurgienne dentiste était dans la voiture qui a fait l’accident avec l’artiste. Elle a dit avec émotion qu’elle « n’aime pas trop revenir sur le passé, parce que c’est trop dur de vivre ces émotions qui me rappellent des moments douloureux… Le véhicule a fait tonneau, les quatre roues étaient en l’air. Bella Bellow a été projetée et est sortie par la vitre de devant quand le chauffeur a freiné…Elle était morte sur le coup… ».

En effet, Jules Ahadzi Komlan, dans son enquête, a relevé que l’accident aurait été occasionné par une négligence du chauffeur qui n’était pas en condition de conduire.

Tout compte fait, ce livre « Bella Bellow, une légende africaine » est un beau livre, bien documenté, un livre de référence pour la génération future.

Jules Ahadzi Komlan est diplômé de l’Ecole Supérieure de la Communication et du Journalisme de Paris et du Studio Ecole de France. Il avait travaillé à RFI, Africa N°1, puis à Africa 24 TV où il devient directeur de l’information de cette chaîne panafricaine. Il enseigne aussi le journalisme et la géopolitique dans des Ecoles de Journalisme et de Communication à Paris et à l’Université de Dunkerque. Mais, auparavant, il avait travaillé à la Radio et Télévision Togolaise, en 1974, comme producteur.

Dorothée BROOHM

Culture

A lire dans Culture

Facebook