Politique

Les présidents des hautes juridictions rendent compte au chef de l’Etat des assises de leur association à Cotonou

Les présidents des hautes juridictions rendent compte au chef de l’Etat des assises de leur association à Cotonou

 

Le chef de l’Etat, Faure Essozimna Gnassingbé, a reçu en audience, à Lomé, une délégation  des hautes juridictions du pays conduite par le président de la Cour suprême, M. Akakpovi Patrice Gamatho. Cette délégation comprenait aussi le président de la Cour constitutionnelle, M. Aboudou Assouma et  celui par intérim de la Cour des Comptes, M. Débaba Ballé. Membres de l’Association Africaine des Hautes Juridictions Francophones, ils sont allés présenter au chef de l’Etat le rapport des recommandations des assises statutaires de l’association, organisées en décembre dernier, à Cotonou (Bénin). Au cours de ces assises, fut tenu aussi un colloque international portant sur  « les Conseils supérieurs de la magistrature, quelle évolution pour le renforcement de l’indépendance de la justice? » a précisé M. Gametho, au sortir de l’audience.
Selon lui, « au nombre des recommandations, il y a une qui demande aux présidents des hautes juridictions de chaque pays membre de l’association, de remettre officiellement les actes adoptés par les assises ».

Prévisualisation de l’image
Ladite association a été créée le 10 novembre 1997 à Cotonou (Bénin) par des représentants des hautes juridictions de neuf pays d’Afrique francophone, dont le Togo. L’objectif, a indiqué M. Gametho, « c’est de privilégier les actions allant dans le sens de l’entraide, des échanges de bonnes pratiques, et d’expériences entre les hautes juridictions de l’espace francophone. Ceci, en vue d’amener les magistrats à assumer efficacement leur mission et à rendre des décisions de qualité et dans des délais raisonnables.  »
Le président de la Cour Suprême a précisé que l’association organise, chaque année, à l’Ecole supérieure de la magistrature de Porto-Novo, des sessions à l’intention de hauts magistrats, qui reçoivent ainsi une formation pour le renforcement de leurs capacités, dans le sens de l’uniformisation de la jurisprudence pouvant les aider à rendre de meilleurs services aux citoyens. « Compte tenu des avancées enregistrées par le Conseil supérieur de la magistrature du Togo, qui était à l’honneur à ces assises, l’assemblée générale de l’association nous a retenus pour abriter les prochaines assises à Lomé, qui se tiendront en décembre de cette année », a-t-il annoncé.

Martial Kokou KATAKA

Politique

A lire dans Politique