Politique

Vœux des forces vives de la nation au chef de l’État

Le président Faure Gnassingbé recevant les vœux des confessions religieuses
Vœux des forces vives de la nation au chef de l’État

Confessions religieuses, centrales syndicales, ordres professionnels, société civile, chefferie traditionnelle, partis politiques, opérateurs économiques, médias, délégations des  ministères et d’artistes se sont succédé, mardi,  pour présenter leurs vœux  les meilleurs  au chef de l’État, Faure Essozimna Gnassingbé. L’échange de vœux,  qui s’inscrit dans une tradition républicaine et citoyenne, a donné l’opportunité aux divers segments de la nation  d’implorer la grâce en abondance du Créateur pour la stabilité des institutions de la République et pour la santé et le succès des hommes qui les animent mais aussi de renouvelé l’engagement à remporter ensemble de nouveaux succès dans l’intérêt de tout le peuple togolais.
Forme de reconnaissance à Dieu qui est et qui vient avant toute chose, les confessions religieuses ont été les premières à présenter, mardi, les vœux de la nation togolaise au président de la République, Faure Essozimna Gnassingbé. C’était au Palais de la présidence de la République en présence du Premier ministre, Komi Selom Klassou et de plusieurs membres du gouvernement.
Les confessions religieuses représentées par la Conférence des Evêques du Togo, le Conseil Chrétien et l’Union musulmane ont, d’entrée, prié et formé le vœu que la providence bienveillante dirige les pas et les mains du chef de l’État et de ces collaborateurs pour bâtir notre «Maison commune», le Togo, dans la paix et la concorde. Les hommes de Dieu se sont félicités du climat de paix dans lequel s’est déroulée l’élection présidentielle d’avril dernier et qui a épargné notre pays de la violence et de ses suites funestes. Ils ont souhaité que les conditions de justice et de vérité soient toujours recherchées partout, dans la vie politique et sociale, afin que chaque Togolais puisse participer, en toute confiance et en sécurité, à l’édification d’un Togo toujours plus uni et plus prospère.
Les confessions religieuses ont enfin déploré la recrudescence des actes de violences et des conflits armés qui affectent plusieurs régions du monde, avant de saluer les mesures qui sont prises ici et partout ailleurs pour assurer la sécurité des peuples et pour éradiquer la culture de la mort portée par l’extrémisme religieux ou idéologique.

Un merci pour le mandat social
Par la suite , les confédérations des centrales syndicales : la CNTT, la CSTT, l’UGSL, la SGCT, le GSA, l’UNSIT et la STT se prêtées au cérémonial de vœux. Paix, bonheur et succès, tels ont été leurs vœux pour le chef de l’Etat avant de souhaiter que « la compréhension mutuelle et le dialogue soient nos préoccupations quotidiennes, afin de bâtir un Togo où il fait bon vivre. » Elles ont salué l’effort du gouvernement pour avoir pris le décret d’application du statut général de la Fonction publique et souhaitent l’implication personnelle du président de la République pour l’aboutissement du reste des revendications socio-professionnelles.
Pour leur part, les ordres professionnels et les organisations de la société civile ont promis accompagner les efforts du chef de l’État en se mettant à la disposition de l’administration pour améliorer les choses dans le sens du développement.

La délégation de la chefferie traditionnelle, conduite par Togbui Agokoli IV a félicité le chef de l’État pour les réalisations en faveur du mieux-être des populations, notamment la micro finance en faveur des femmes et des jeunes pour lutter contre la pauvreté. Les garants des us et coutumes ont demandé que des mesures idoines soient prises pour barrer la route aux bandes de criminels qui troublent la quiétude des paisibles populations.
A la suite des chefs traditionnels,  M. Francis Ekon de la CPP, porte -parole des formations politiques, s’est dit convaincu que le Togo avance et que les hommes politiques sont décidés à apporter leur contribution au développement du pays. M.  Ekon a  toutefois rappelé leurs principales préoccupations dont les réformes politiques, économiques et culturelles.
Véritables créateurs de la richesse nationale, les opérateurs économiques du secteur privé ( Conseil national du patronat, Association des Grandes Entreprises du Togo (AGET),  Chambre du Commerce et d’Industrie du Togo (CCIT) et de la Chambre des métiers n’étaient pas du reste.
La cérémonie de présentation des vœux s’est poursuivie dans l’après-midi avec les médias. Les professionnels de la presse ont exprimé au chef de l’État leur ferme détermination à œuvrer à ses côtés pour le développement et le rayonnement du Togo. Ils ont sollicité du président de la République la relecture de l’article 497 du nouveau Code pénal, l’accompagnement dans la formation qualifiante et diplômante, la transformation des médias de service public en office, la révision du statut des journalistes des médias publics, etc.
Après les médias, c’était le tour de l’administration générale (y compris les para-publics) d’adresser ses souhaits d’une bonne et heureuse année 2016 au chef de l’État, suivie, quelques instants après, de la délégation des artistes qui boucle la liste de la journée.

Réponse des ministres de tutelle aux voeux

Au nom du président de la République, le ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités locales, M. Payadowa Boukpessi a souhaité bonne et heureuse année aux confessions religieuses, à la société civile, aux chefs traditionnels et aux partis politiques. Il a déclaré que le gouvernement prend en cœur le devoir qui lui incombe, en vertu de la Constitution de la IVe République, de promouvoir et de protéger la liberté de culte et de faire en sorte que la diversité des pratiques culturelles demeure un facteur d’harmonie et de cohésion au sein de la société togolaise. Le ministre Payadowa Boukpessi a exprimé le vif souhait de voir les confessions religieuses, continuer à jouer leur rôle de force de cohésion et de progrès. Et qu’elles contribuent constamment, aux côtés du gouvernement, au plein épanouissement spirituel, moral et social de tous les citoyens. Il a souhaité également que l’exercice des cultes puisse tenir compte des exigences de l’ordre public, du respect du prochain, de ses convictions profondes et de sa quête de tranquillité pour promouvoir le mieux vivre ensemble, dans l’harmonie, la paix, la concorde et l’amour du prochain.
Le ministre de l’Administration territoriale a rappelé que le gouvernement a entrepris, en septembre et en octobre 2015, une tournée de concertation, en vue de la mise en place des conseils de chefferies traditionnelles, organes, intermédiaires entre le gouvernement et la base. Il a assuré que ces organes, une fois mis en place, bénéficieront de l’accompagnement de l’État pour leur fonctionnement régulier. Quant aux organisations de la société civile, le ministre Boukpessi a déclaré que des efforts seront également déployés pour renforcer leur professionnalisation  afin de les amener à être plus efficaces et à faire preuve d’un sens accru des responsabilités. Aux partis politiques, il a fait savoir que leurs préoccupations  sont dignes d’intérêt . Néanmoins, il a souligné la nécessité d’un effort collectif qui transcende les clivages politiques pour consolider la démocratie et l’État de droit et réaliser de nouveaux progrès sur le front économique et social.
Pour sa part, le ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Réforme administrative, M. Gilbert Bawara a déclaré que l’amélioration constante des conditions de travail et de vie des Togolais, notamment des travailleurs, et leur épanouissement, restent au cœur des priorités de l’action gouvernementale. Il a rassuré les représentants des organisations syndicales que le gouvernement est attentif à leurs préoccupations.
Tour à tour, les ministres Essossimna Legzim-Balouki du Commerce, de l’Industrie, de la Promotion du Secteur privé et du Tourisme, Pr. Moustafa Mijiyawa de la Santé et de la Protection sociale et Guy Madjé Lorenzo de la Communication, de la Culture, des Sports et de la Formation civique ont promis de poursuivre les réformes dans leurs secteurs respectifs pour le bon fonctionnement de toutes les entités.
Le ministre Lorenzo souhaité que l’année 2016  marque un tournant décisif dans l’exercice de la profession des organisations de presse du pays. Il a formulé les mêmes vœux aux artistes du Togo, M. Lorenzo a déclaré que l’augmentation de l’aide à la presse fait partie des priorités du gouvernement. Il a rassuré qu’il n’y aura guère d’épée de Damoclès qui va planer sur la tête des journalistes togolais comme l’avait dit le Premier ministre, Komi Selom Klassou.

Faustin LAGBAI
Cyril EKPAWOU

Politique

A lire dans Politique