Faits Divers

L’UNICEF LANCE LE RAPPORT « POUR TOUS LES ENFANTS, L’EGALITE DES CHANCES »

L’UNICEF LANCE LE RAPPORT « POUR TOUS LES ENFANTS, L’EGALITE DES CHANCES »

L’UNICEF a lancé le lundi 23 novembre, le rapport Pour tous les enfants, l’égalité des chances dans le cadre de la journée mondiale de l’Enfance,. Ce rapport de l’UNICEF affirme que, pour les enfants pauvres et les enfants les plus défavorisés, le monde reste profondément injuste, en dépit des progrès considérables accomplis depuis l’adoption de la Convention relative aux droits de l’enfant en 1989. « En un peu plus d’une génération, le monde a fait baisser de moitié le taux de décès d’enfants, envoyé plus de 90 % des enfants à l’école primaire, et augmenté de 2,6 milliards le nombre de personnes ayant accès à l’eau salubre, » a affirmé le Directeur général de l’UNICEF Anthony Lake.

« Mais les enfants représentent près de la moitié des pauvres dans le monde, près de 250 millions d’enfants vivent dans des pays déchirés par les conflits, et ils sont plus de 200 000 à avoir risqué leur vie cette année pour trouver refuge en Europe. », a – t- il ajouté. Le rapport Pour tous les enfants, l’égalité des chances, publiées lundi 23 novembre, pré- sente des données statistiques qui mettent en exergue les enfants les plus marginalisés dans le monde par rapport aux indicateurs de base du développement humain. Il souligne que : les enfants des ménages les plus pauvres risquent presque deux fois plus que ceux des ménages les plus riches de mourir avant l’âge de 5 ans, et ils risquent cinq fois plus de ne pas être scolarisés.

Le rapport indique les filles des familles les plus pauvres ont quatre fois plus de risques que celles des familles les plus riches d’être mariées avant l’âge de 18 ans. Il précise également que plus de 2,4 milliards de personnes n’ont toujours pas accès à des toilettes adéquates. Quelque 40 % d’entre elles vivent en Asie du Sud. Et plus de 660 millions de personnes n’ont toujours pas accès à l’eau potable. Près de la moitié d’entre elles vivent en Afrique subsaharienne. Selon toujours le rapport, environ la moitié des 159 millions d’enfants qui souffrent de retards de croissance vit en Asie du Sud et un tiers vit en en Afrique. « Ces vastes inégalités alimentent un cercle intergénérationnel de pauvreté et de dénuement, a affirmé Anthony Lake. Mais les choses peuvent changer. Nous savons comment le ralentir, l’arrêter et l’inverser, pour en faire un cercle vertueux de progrès intergénérationnel. C’est à nous de décider de le faire grâce à un engagement et des ressources accrus.

Prec 1 de 2Suiv

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Faits Divers

A lire dans Faits Divers